Accueil > En action > Société civile contre la traite > Amicale du Nid - Déclaration à l’occasion du 60e anniversaire de la (...)

Amicale du Nid - Déclaration à l’occasion du 60e anniversaire de la Convention de Genève du 2 décembre 1949

jeudi 3 décembre 2009

Alors que nous célébrons le 60ème anniversaire de la Convention de Genève du 2 décembre 1949
Pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui,

l’Amicale du Nid, vouée depuis 63 ans à l’accueil et l’accompagnement des personnes prostituées, tient à
rappeler le préambule de cette convention signée par la France :

« Considérant que la prostitution et le mal qui l’accompagne, à savoir la traite des êtres humains en vue de la prostitution, sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine et mettent en danger
le bien-être de l’individu, de la famille et de la communauté... »

Dans le pays qui se veut celui des droits de l’homme, ce préambule nous interpelle alors que se développe
un mouvement de banalisation de la prostitution et du tourisme sexuel.

Depuis qu’elle a ratifié en 1960 la Convention de Genève, la France a choisi le régime abolitionniste ce qui
signifie que :

- l’exercice de la prostitution y est toléré, seul le racolage est sanctionné.

- le proxénétisme, exploitation de la prostitution d’autrui, y est sévèrement réprimé quelque forme
qu’il prenne.

- les personnes prostituées sont considérées comme des victimes qu’il faut aider par la mise en
oeuvre d’une politique de réinsertion et de prévention de la prostitution.

Que note l’Amicale du Nid aujourd’hui :

- Les moyens déjà très insuffisants sont de plus en plus réduits face à une forte augmentation de la prostitution et de la traite.

- La prostitution disparaît des priorités de la politique sociale.

- Le proxénétisme n’est pas réprimé de manière suffisante et la traite des êtres humains en vue de l’exploitation sexuelle d’autrui ne fait pas l’objet d’une lutte intensive.

- La réinsertion des personnes prostituées et la prévention de la prostitution sont ignorées par des pouvoirs décentralisés ou d’Etat, et les moyens mis en oeuvre sont très insuffisants.

Ce n’est pas ainsi que seront tenus les engagements de la France signataire de la convention qui stipule :

Article 1 :

« Les parties à la présente convention conviennent de punir toute personne qui pour satisfaire les
passions d’autrui : embauche, entraîne ou détourne en vue de la prostitution une autre personne, même
consentante ; exploite la prostitution d’une autre personne même consentante. »

Article 16 :

« Les parties de la présente convention conviennent de prendre ou d’encourager, par l’intermédiaire de
leurs services sociaux, économiques, d’enseignement, d’hygiène et autres qu’ils soient publics ou privés,
les mesures propres à prévenir la prostitution et à assurer la rééducation et le reclassement des victimes
de la prostitution. »

PDF - 150.2 ko
Déclaration à l’occasion du 60e anniversaire de la Convention de Genève du 2 décembre 1949

Actualités

Plan National Traite Etres Humains 9 mars 2017 Collectif Ensemble contre la traite des êtres humains

Lire plus
Tous les articles

Agenda

Jeudi 16 mars, Lundi 20 Mars et Jeudi 27 Avril 2017 : Prochaines réunions du Collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains"

Lire plus
Tous les articles

Films

#INVISIBLES : un film pour dénoncer la traite des enfants

Lire plus
Tous les articles

Publications

Les nouveaux visages de l’esclavage

Lire plus
Tous les articles