Coordination : Geneviève Colas - genevieve.colas@secours-catholique.org - 06 71 00 69 90

Libérer la parole d'enfants victimes d’exploitation sexuelle ou traite

L’île de Mayotte est particulièrement touchée par l’exploitation sexuelle des enfants. Le silence des victimes, de la population, des autorités et de la presse sur ce sujet tabou, rend le phénomène invisible. Face à ce constat, la délégation du Secours Catholique – Caritas France de Mayotte et de nombreux acteurs associatifs et institutionnels ont décidé de mener une campagne de sensibilisation de grande ampleur dans le but de promouvoir la libération de la parole des victimes d'exploitation et de traite à des fins sexuelles.

La campagne #wamitoo, le prolongement shimaore du mouvement #metoo

« Wami », signifiant « moi » en Shimaore, est associé au terme anglais « too » pour faire référence au mouvement #metoo de libération de la parole des victimes d’abus sexuels à travers le monde.  

La campagne #wamitoo s’articule autour de 3 temps successifs :

  1. La sensibilisation de la population de Mayotte lancée le 8 septembre 2021 et qui se clôturera par un colloque le 20 novembre à l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, dont la thématique sera les violences sexuelles sur mineurs.
  2. Un état des lieux et une réflexion approfondie sur la prise en charge des victimes et des auteurs sur le territoire.
  3. Un plaidoyer pour améliorer la prise en charge des victimes et des auteurs à Mayotte.

La campagne a été initiée en janvier 2021 par 2 associations : « Haqui Za Wanatsa » et la délégation départementale de Mayotte du Secours Catholique - Caritas France. Depuis, 25 associations et 10 institutions de l’île ont rejoint le mouvement en signant la Charte de l’engagement à lutter contre les violences sexuelles faites aux personnes mineur.e.s.
L’ensemble des membres signataires participent à l’élaboration et à la diffusion de la campagne et sont investis dans la création des outils.

Une campagne de sensibilisation multicanal de grande ampleur

La campagne de sensibilisation a l’ambition de toucher la population de Mayotte en utilisant de multiples canaux et supports :

La campagne d’affichage, destinée à interpeller le public sur les violences subies par les mineurs.

1    2    3    4    5    6    7   8    9    10   

Les clips vidéo de sensibilisation, à vocation pédagogique et éducative, diffusés sur les chaînes locales et les réseaux sociaux.

Le site Internet dédié à la campagne, sur lequel on retrouve tous les supports et les ressources pédagogiques destinées aux professionnels qui souhaitent relayer la campagne et monter des interventions sur le sujet auprès de leurs publics.
> Accéder au site #wamitoo

La bande dessinée à destination du grand public
Suivez en image et en allégorie le chemin de la libération de la parole d’une victime de violences sexuelles durant son enfance.

bd

La charte d’engagement à lutter contre les violences sexuelles faites aux mineur.e.s
En se diffusant au sein de la population, elle a pour vocation de réunir un maximum de signataires individuels, associatifs, professionnels et institutionnels pour que chacun d’entre eux se mobilise dans la lutte contre le harcèlement sexuel sur mineurs. Cette charte est également un outil de prévention des abus en ce qu’elle informe clairement les auteurs potentiels des risques qu’ils encourent en perpétrant ces actes ou en les permettant, ce qui est une attitude assimilable à la traite.
> Télécharger la charte

Le sondage en ligne
A vertu pédagogique, il rappelle les droits fondamentaux de l’enfant que chacun doit respecter et propose aux internautes de témoigner de son vécu.
> Accéder au questionnaire

A travers cette campagne, les associations et institutions impliquées espèrent briser le silence qui règne aujourd’hui à Mayotte sur les violences sexuelles sur mineur.e.s, éveiller les consciences sur ce sujet, et in fine mobiliser les acteurs institutionnels ou associatifs, les entreprises et la population de l’île dans la lutte contre ce phénomène.

Secours Catholique Caritas France

Le Secours Catholique Caritas France participe à la lutte contre la traite des êtres humains sous toutes ses formes (exploitation sexuelle, travail forcé, esclavage domestique, incitation au vol, incitation à la mendicité, trafic d’organes...) en soutenant des initiatives locales en France et dans différents pays et en développant des actions de plaidoyer auprès des acteurs institutionnels.
 
Il s’agit :
d’améliorer la prévention des populations à risque,
de sensibiliser le grand public,
de mettre en réseau les acteurs locaux pour développer l’échange d’informations et l’interaction,
d’accompagner les victimes (aide psychologique, juridique, sociale)
et enfin de développer des activités de plaidoyer aux niveaux national.

Le Secours Catholique - Caritas France qui coordonne le Collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains" est membre de la plateforme européenne de lutte contre la traite des êtres humains créée par la Commission européenne.

Le Secours Catholique collabore régulièrement avec le GRETA du Conseil de l’Europe et interpelle le Comité des Parties à la Convention du Conseil de l'Europe. contre la traite des êtres humains afin que le suivi de celle-ci interpelle les gouvernements signataires chargés de leur application dans leur pays.

Il est aussi membre du groupe de pilotage du réseau mondial Coatnet piloté par Caritas Internationalis, ce qui favorise des collaborations et partenariats avec diverses organisations de tous les continents.

Il intervient régulièrement avec le réseau Caritas présent dans 160 pays, dont il est le membre français, auprès des institutions de l'ONU : Conseil des droits de l'homme, Comité des droits de l'Enfant.
 


Article élaboré avec la collaboration de Baptiste Filloux, délégué départemental du Secours Catholique - Caritas France à la délégation départementale de Mayotte.

Une Alliance internationale 8.7 pour accélérer la lutte contre l’exploitation des populations vulnérables

La France rejoint l’union et se mobilise pour éliminer le travail des enfants, le travail forcé, la traite des êtres humains et l’esclavage contemporain. Le Collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains" et ses associations membres ont largement contribué au processus pour obtenir le statut de "pays pionnier" dans ces domaines et suivra la mise en oeuvre de la stratégie.