Coordination : Geneviève Colas - genevieve.colas@secours-catholique.org - 06 71 00 69 90

Construire de nouvelles solutions pour favoriser la sortie de l'exploitation

Pour s’extraire de l’exploitation, les personnes victimes de traite ont besoin d’être hébergées dans un lieu sécurisé tout en bénéficiant d’un accompagnement social, sanitaire et psychologique pour leur permettre de se reconstruire et d’envisager un nouveau projet de vie. Cependant, la France manque cruellement de solutions d’accueil adaptées à la protection et la prise en charge des victimes de traite.

Ce déficit est un frein considérable à la sortie d’exploitation. En effet, les victimes de traite étant souvent hébergées par leur exploiteur ; quitter l’exploitation revient souvent à se retrouver en situation de rue.

Face à ce constat, l’association « Aux Captifs la Libération » a décidé de créer un centre d’accueil pour femmes victime de traite, de la rue et de violence sexuelle, à Paris, dans un immeuble mis à disposition par une congrégation religieuse. Son ouverture est prévue pour 2023.

Ce centre d’accueil a pour vocation de servir de tremplin aux victimes vers l’autonomie et le logement en milieu ordinaire.

inf

Un accompagnement global, individualisé et pluridisciplinaire

Les personnes accueillies bénéficieront d’un accompagnement individuel adapté à chaque situation incluant un suivi de santé, des soins, et l’orientation vers un projet d’insertion sociale et professionnelle.

L’ accompagnement global sera basé sur le développement des capacités d’agir, pour lequel la colocation avec de jeunes femmes insérées est un excellent environnement.

En complément de l’accompagnement social classique, l’accueil des personnes inclut : 

  • Un suivi médico-psychologique spécifique en lien avec le milieu ordinaire, la formation professionnelle, la recherche d’emploi…
  • Un contexte favorable à l’autonomisation dans la vie quotidienne par le vivre ensemble et la gestion commune de l’appartement et des lieux (entretien courant, courses…) en lien avec d’autres personnes en dynamique d’insertion ou insérées et les bénévoles. 
  • Un accompagnement existentiel : dans le respect de la liberté, du rythme et de l’histoire de chacune, les personnes seront soutenues dans leur questionnement existentiel souvent fort et lié à leur parcours migratoire, aux ruptures et aux troubles de l’attachement qui en découlent.
  • L’écoute bienveillante de l’hôtesse de maison. Ajoutée à la vie sociale entre personnes insérées et personnes accompagnées, elle permet aux personnes de retrouver de l’estime de soi et de la confiance en l’autre suite aux traumatismes vécus.
  • L’animation du lieu impliquant une participation active de chacun. Elle favorise ainsi  l’émancipation des personnes et leur capacité à faire leurs propres choix.
  • Des propositions de participation à la vie de quartier et à des activités de bénévolat externe afin d’inviter les personnes à participer à la vie de la société et à tisser des liens sociaux extérieurs.
  • La participation aux ateliers créatifs. Ils permettent aux personnes de développer leur créativité, d’exprimer leur ressenti, et de se revaloriser à travers la création.

Aux Captifs, la Libération

L’association Aux Captifs, la Libération est née en 1981 pour aller vers les personnes à la rue en situation de précarité à l’intérieur de Paris, aux Bois de Boulogne et Bois de Vincennes ; avec aujourd’hui 25 maraudes hebdomadaires à destination des personnes en situation de rue ou/et d’exploitation sexuelle ou de prostitution, parfois victimes de traite des êtres humains.
Elle a aussi des équipes bénévoles à Bordeaux, Lyon et Nîmes.

Le cœur de sa mission est d’aller à la rencontre des personnes sur leur lieu de vie et ou d’exploitation. L’idée est d’aider chacun et chacune à construire un projet de vie, pouvant aller jusqu’à la sortie de la prostitution.

Les équipes de bénévoles et de salariés ont développé une expertise dans la rencontre, l’identification, l’accueil et l’accompagnement des personnes.

L’association propose également des permanences d’accueil et un accompagnement global à travers accompagnement social, accès au soin et au droit grâce à un maillage associatif adapté.

Les propositions de l’association visent à favoriser la liberté de choix des personnes dans leurs parcours. L'association déploie des activités de mobilisation /dynamisation ainsi que des séjours de rupture, comme autant de leviers de reconstruction vers une capacité à exercer sa liberté voire une insertion.

L’identification spécifique des victimes de traite aux fins d’exploitation sexuelle, mineures et majeures, est une des priorités de l’association ; tout comme la sensibilisation des pouvoirs publics et de la société aux problématiques liées à la traite des êtres humains.

L’association est agréée depuis trois ans par l’Etat pour accompagner des parcours de sortie de prostitution.et de traite à des fins d’exploitation sexuelle.

Article écrit en collaboration avec Sophie Baché-Cougnon, Directrice du Développement à « Aux captifs, la libération »

Une Alliance internationale 8.7 pour accélérer la lutte contre l’exploitation des populations vulnérables

La France rejoint l’union et se mobilise pour éliminer le travail des enfants, le travail forcé, la traite des êtres humains et l’esclavage contemporain. Le Collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains" et ses associations membres ont largement contribué au processus pour obtenir le statut de "pays pionnier" dans ces domaines et suivra la mise en oeuvre de la stratégie.